Description

Les boucheries, ainsi que la boulangerie juive, bénéficient d'un traitement différencié en raison, par exemple, des pratiques spécifiques d'abattage des animaux destinés à la consommation humaine.

Les communautés, juives et musulmanes, devaient disposer de lieux d'abattage des animaux séparés. Les taxes dérivées de l'activité devaient être payées aux familles nobles de la ville, plus précisément à la famille de Sentmenat.

La boucherie juive de Tortosa, aujourd'hui disparue, est indiquée par un panneau dans la rue de Fortó.